Services

VITALITY MULTITHERAPY EST UNE CLINIQUE INTÉGRÉE DE SANTÉ ET DE BIEN-ÊTRE FOURNISSANT LES SERVICES SUIVANTS

 

KINÉSIOLOGIE APPLIQUÉE

La Kinésiologie Appliquée est une technique diagnostique utilisant des tests musculaires comme outils neurologique fonctionnels. Cette approche vise à identifier les débalancements biomécaniques, biochimiques et émotionnels pouvant être à l’origine des problèmes de santé.

En combinant les tests musculaires avec d’autres outils diagnostiques comme : la posture, les signes et symptômes, l’examen physique, la palpation, le bilan alimentaire, l’examen radiologique et les analyses de laboratoire, le professionnel en Kinésiologie Appliquée peut cibler l’origine de la problématique.

THÉRAPIE DU SPORT

DE QUOI S’AGIT-IL?

La thérapie du sport consiste en la prévention, la prestation des soins sur place et la réadaptation suite aux blessure musculosquelettiques. Les soins sont prodigués par un thérapeute du sport agréé.

Elle comprend l’évaluation de la fonction physique, le traitement du dysfonctionnement causé par la douleur et(ou) la blessure dans le but de développer, maintenir et maximiser l’indépendance et éviter le dysfonctionnement.

 

QUI DEVRAIT CONSULTER UN THÉRAPEUTE DU SPORT?

Ceux qui ont recours à ces soins sont d’origines diverses et comprennent notamment les gens présentant une blessure musculosquelettique. Ce sont généralement des personnes actives, des personnes blessées dans le cadre de leur travail, des victimes d’accidents de la route, des sportifs amateurs, des athlètes professionnels et des athlètes de compétition amateurs.

 

 

FORMATION

Un thérapeute du sport agréé, CAT(C), doit avoir satisfait aux exigences théoriques et pratiques décrites dans le document de l’Association canadienne des thérapeutes du sport (ACTS) intitulé « Procédures d’agrément ». Les membres agréés doivent avoir réussi l’examen théorique ainsi que l’examen oral/pratique qui lui fait suite. Cet examen est élaboré et administré par le comité d’agrément de l’Association canadienne des thérapeutes du sport.

 

OÙ EXERCENT-ILS?

Un thérapeute du sport peut exercer dans différents cadres, le plus connu étant bien entendu le travail sur le terrain. Si vous avez déjà regardé un événement sportif à la télévision, vous avez sans doute déjà vu une personne courir vers le terrain pour porter assistance à un joueur blessé. Les chances qu’il s’agisse d’un thérapeute du sport sont élevées. Parmi les autres cadres dans lesquels vous pourriez rencontrer un thérapeute du sport, notons :

• Universités et collèges : Les thérapeutes du sport exercent auprès des athlètes universitaires, leur offrant leur expertise en matière de prévention des blessures, des soins d’urgence, l’évaluation et la réadaptation en cas de blessures. Ils élaborent également des programmes de mise en forme. Nombreux sont les thérapeutes du sport qui enseignent des sujets connexes dans ces mêmes universités.

• Cliniques privées : Un nombre grandissant de thérapeutes du sport pratique dans des cliniques payantes où ils traitent diverses blessures et problèmes de santé. Le traitement comprend l’évaluation de la blessure et la réadaptation ainsi qu’un programme de mise en forme à l’attention de toutes les personnes actives.

• Athlètes industriels : Depuis toujours, la thérapie du sport a été limitée à l’environnement du sport. La médicine sportive est pourtant une approche thérapeutique intéressante pour les travailleurs industriels à la fois pour ce qui est de la prévention des blessures et des méthodes de traitement actif des blessures. Les thérapeutes du sport peuvent intervenir dans les domaines de la sécurité au travail, de l’ergonomie professionnelle, de la gestion des limitations fonctionnelles et de la réadaptation active après une blessure.

• Équipes de sport professionnelles : Les thérapeutes de sport agréés sont actuellement employés par les équipes professionnelles de la LNH, la LCF, la NBA, la MLB, la NWHL, la NLL ainsi que les compagnies de danse professionnelles. Ces thérapeutes sont responsables des soins d’urgence et des blessures aiguës, de l’évaluation et de la réadaptation complète après les blessures et de l’élaboration de programmes de mise en forme.

• Organismes nationaux de sport : Les thérapeutes du sport agréés font partie intégrale des soins continus prodigués aux athlètes des équipes nationales. Les thérapeutes du sport travaillent avec l’équipe ou bien ils sont sélectionnés pour faire partie de l’équipe médicale à l’occasion d’événements comme les Jeux olympiques, les Jeux panaméricains, les Jeux mondiaux universitaires, les Jeux du Commonwealth, les Jeux du Canada, etc…

• Groupes de recherche : Il devient de plus en plus courant de voir des thérapeutes du sport mener et(ou) participer à des projets de recherche académiques ou scientifiques. Les exigences de la médicine fondée sur des données probantes ne cessent d’augmenter et la recherche liée au champ d’activité de l’ACTS augmente aussi. De nombreux thérapeutes du sport travaillant dans les universités ou collèges et possédant un solide bagage en recherche sont impliqués dans de telles études.

 

SCOPE OF PRACTICE

Le champ d’activité d’un thérapeute du sport agréé comprend l’évaluation, la prévention, la prestation des soins sur place et le reconditionnement de blessures musculosquelettiques.  La prévention comprend l’évaluation tant posturale que musculosquelettique, la sélection d’équipements, le réglage et l’entretien d’équipement, l’échauffement, les exercices de mise en forme, l’application de bandages ou d’accessoires prophylactiques et l’adaptation à l’environnement et les établissements où est menée l’activité.

La prestation par un thérapeute du sport agréé de soins sur place à la suite d’une blessure résultant de la pratique d’un sport comprend : l’évaluation des blessures, les soins de réanimation de base, l’identification et la prise en charge des troubles neurologiques post-traumatiques, la prestation des soins de premiers secours, la préparation de la prise en charge par un établissement de soins de santé, ou le cas échéant, l’application de techniques appropriées pour le retour sécuritaire au jeu.

Un thérapeute du sport agréé évalue les blessures et problèmes médicaux, puis applique un traitement faisant appel aux techniques contemporaines de réadaptation, aux modalités thérapeutiques, à la mobilisation des tissus mous, au reconditionnement physique et aux mesures stabilisantes avec un bandage afin de favoriser un environnement propice à une guérison optimale qui facilitera la réintégration sécuritaire à la vie active.

En collaboration avec les professionnels responsables de l’amélioration de la performance et les membres de l’équipe des soins, le thérapeute du sport fait partie intégrante d’un service complet visant à optimiser la performance et le mieux-être de l’individu. En plus de ces fonctions, le thérapeute du sport doit toujours cultiver une attitude positive de la santé.

Le thérapeute du sport agréé doit tenir à jour un dossier annuel indiquant son parcours de perfectionnement professionnel afin de maintenir son statut d’agrément au sein de l’Association canadienne de la thérapie du sport. Les lignes directrices sont décrites dans le document de l’ACTS intitulé « Maintien de l’agrément ».

 

OTHER SERVICES:

CHIROPRATIQUE

CHIROPRATIQUE

Source: https://www.chiropratique.com/chiropratique.html

La chiropratique est une profession en constante évolution qui colmate de nombreuses brèches dans le domaine de la santé. Cette évolution est rendue possible grâce aux chiropraticiens qui, jour après jour, repoussent les limites de leurs comptétences et contribuent à l’écriture permanente de leur histoire depuis 1895.

L’adoption de la Loi sur la chiropratique en 1973 (L.Q. 1973, ch. 56) à l’Assemblée nationale du Québec s’est avérée un réel tremplin pour la profession. En effet, les décennies qui ont suivi ont permis d’asseoir sa réputation grâce à la création de plusieurs organismes et structures professionnels d’importance : l’Ordre des chiropraticiens du Québec (1973), la Fondation de recherche chiropratique du Québec (1991), le premier programme de doctorat en chiropratique offert exclusivement en français en Amérique du nord à l’Université du Québec à Trois-Rivières (1993), Chiropratique sans Frontières (2005) et la Chaire de recherche en chiropratique à l’UQTR (2006).

 

Au-delà du volet symptomatique, la prévention constitue le fer de lance de la chiropratique et positionne son angle d’approche sur le bien-être et un mode de vie sain : prendre soin de soi, bouger, bien se nourrir et adopter une attitude positive au quotidien.

Parce que la chiropratique ne se substitue pas seulement à un mal de dos, elle englobe bien d’autres spécificités malheureusement encore mal perçues du public. L‘association oeuvre à mettre en valeur la notoriété de cette profession, qui requiert un exercice pointu et assidu en matière d’éducation et d’information.

 

Il était une fois la chiropratique, un 18 septembre 1895…

 

Un Américain d’origine canadienne, Daniel David Palmer, aurait guéri la surdité du concierge de son immeuble de travail en lui faisant un ajustement d’une des vertèbres cervicales. Palmer est ainsi devenu le père de la chiropratique en Amérique du Nord et a fondé la première école chiropratique.

 

UNE CONSTELLATION DE PROFESSIONNELS

L’appétence de ces ambassadeurs de la santé borne leur pratique à fomenter le bien des citoyens. La chiropratique est ornée de regroupements professionnels : un Ordre professionnel, une Association, une Fondation dévouée à la recherche, des missions humanitaires au-delà des frontières et une formation universitaire francophone au Québec. Ensemble, tous ces professionnels sont au service de votre santé.

 

L’ÉQUILIBRE NATUREL

Le mot « chiropratique » vient du grec kheir qui signifie « mains » et praktikos, qui signifie « faire ou exercer ». L’approche de la chiropratique fonde sa philosophie, son art et sa science, sur le maintien de l’équilibre du corps humain et sur son pouvoir naturel de récupération. Autrement dit, la chiropratique mise sur la capacité inhérente du corps humain à se maintenir en santé sans recourir aux médicaments ou à la chirurgie.

Elle se base sur le fait scientifique suivant : le système nerveux impose son contrôle à toutes les cellules, tissus, organes et systèmes du corps. Si cet équilibre, dit homéostasie, est altéré, un dérèglement du système nerveux pourra provoquer des problèmes de santé. La chiropratique est une approche à la fois préventive et curative. Cette discipline fournit autant d’efforts sur les symptômes et les douleurs, que sur l’identification des causes.

 

LA CHIROPRATIQUE ET LE SPORT

Les chiropraticiens possèdent une formation et des compétences qui leur permettent de fournir des soins aux sportifs de tous les niveaux. Avec leurs connaissances approfondies du système neuro-musculo-squelettique, les chiropraticiens sont capable d’évaluer, diagnostiquer et traiter la plupart des problèmes reliés à la pratique d’activités physiques. La formation des chiropraticiens en matière de manipulations/ajustements vertébrales et périphériques est inégalée, ce qui les positionne  au rang des professionnels de choix pour le traitement et la prévention des blessures sportives. Parfois accompagnés de recommandations d’exercices spécifiques, les soins chiropratiques permettent de restaurer la fonction mécanique, de favoriser le contrôle neuro-musculaire et de faciliter les fonctions proprioceptives.

Ce sont ces derniers aspects des soins chiropratiques qui sont très prisés par les athlètes de haut calibre. Au-delà de l’aspect curatif de la profession, il est tout aussi nécessaire de veiller à la prévention en visant une biomécanique optimale.  Il est cependant très important pour les athlètes de haut calibre de pouvoir compter sur un contrôle parfait des articulations, qui puisse optimiser les réflexes et le temps de réponse des muscles.

 

LE PREMIER CONTACT

Depuis 1973, la chiropratique est régie par un Ordre professionnel au Québec qui lui confère l’autorité d’un professionnel de la santé de premier contact. Autrement dit, un docteur en chiropratique peut être consulté sans recommandation ni prescription. Il faut attendre 1993 pour que la chiropratique rejoigne les rangs des professions de la santé reconnues par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Elle intègre les formations académiques offertes par l’Université du Québec à Trois-Rivières, devenant ainsi le premier programme de doctorat en chiropratique dans la francophonie. Ce premier foyer d’enseignement francophone ouvre la porte à la recherche et à la formation continue au-delà des perspectives nationales.

 

UNE MISSION PLURIELLE

La kyrielle des organismes constituant le champ de pratique de la chiropratique assurent, à leur niveau respectif, la pérennité de la profession en repoussant constamment les frontières du savoir. Le docteur en chiropratique tente de susciter l’émulation nécessaire à l’adoption d’un mode de vie sain. Car, comme il l’est précisé dans la Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la santé  se rapporte à « un état de complet bien-être physique, mental et social, ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

Partager ses compétences professionnelles, c’est aussi partager sa fibre humaine. La chiropratique, partenaire officiel de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

SENSIBILITÉ ALIMENTAIRE

TEST DE SENSIBILITÉ ALIMENTAIRE À L’AIDE DE LA KINÉSIOLOGIE APPLIQUÉE

Les séance de test de sensibilité alimentaire inclut l’élaboration d’un historique médical détaillé et la rédaction d’un journal alimentaire pour aider le praticien à déterminer des irritants potentiels pour le corps. Le test débute par la localisation d’un « muscle indicateur ». Un vrai « muscle indicateur » est un muscle qui est fort en temps normal et qui s’affaiblit pendant un court instant lorsqu’on s’approche de ses fibres neuromusculaires. Ce muscle peut ensuite être utilisé comme un indicateur d’un stress ou d’une dysfonction dans le corps.

Aux fins de l’évaluation, le praticien prendra note des éléments suivants :

  • Mobilité des hanches
  • Points neurolymphatiques sensibles (points Chapman)
  • Muscle indicateur

Ensuite, le test est réalisé en déposant des concentrés d’aliments précis dans la bouche du patient et en observant les changements neurologiques qui s’ensuivent dans les paramètres indiqués ci-haut. Une sensibilité alimentaire réelle causera une inhibition généralisée (faiblesse) des muscles, une mobilité réduite des hanches et une sensibilité accrue des points Chapman.

Un test rigoureux de sensibilité alimentaire en kinésiologie appliquée inclut tous les critères ci-dessus. Soyez vigilants et méfiez-vous de ceux qui effectuent ces tests en ne mesurant que la force du bras, comme on voit souvent sur YouTube. Ces types de tests ne sont pas fiables.

Voici un lien extrêmement intéressant vers une recherche sur la kinésiologie appliquée et les tests de sensibilité alimentaire : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10069623

MASSOTHÉRAPIE

Entre autres bienfaits, le massage permet de réduire la tension artérielle, facilite la circulation lymphatique et sanguine, soulage le stress, diminue l’intensité de la douleur et améliore la mobilité et la flexibilité des articulations.

Notre clinique propose des massages suédois et des massages yoga thaï.

Le yoga thaï est bon pour la réadaptation physique, il réduit le risque d’adhérences et d’enflure postopératoires ou suite à une blessure et améliore le bien-être psychologique.

Le yoga thaï est efficace en association avec d’autres formes de thérapie comme la physiothérapie, les traitements chiropratiques et l’ostéopathie.

OSTÉOPATHIE

HISTOIRE
Dr Andrew Still

Le concept de l’ostéopathie trouve ses origines au Kansas en 1874 lorsque le Dr Andrew Still (1828-1917), un chirurgien de la guerre de Sécession, décide de s’éloigner de la médicine traditionnelle pour fonder ensuite, en 1892, la première école d’ostéopathie à Kirksville dans le Missouri.

 

LES OSTÉOPATHES AU CANADA PAR RAPPORT AUX ÉTATS-UNIS

Aux États-Unis, un ostéopathe est un médecin formé aux méthodes du diagnostic et du traitement des maladies qui s’appuient sur l’interaction entre le système musculosquelettique et les autres systèmes du corps humain.

Au Québec, les études d’un ostéopathe sont sanctionnées par un diplôme d’études supérieures. Pour être admis dans un programme d’étude en Pratique de l’ostéopathie manuelle de 5 ans, les candidats doivent être détenteurs d’un diplôme dans une spécialité des sciences de la santé.

À l’issue de 1 400 heures de formation et après avoir passé avec succès les examens écrits et pratiques, le candidat reçoit la désignation de praticien DO. Lorsque le praticien DO a terminé la rédaction de sa thèse et qu’il l’a défendue devant un jury international, il reçoit un Diplôme en ostéopathie (D.O.).

Au Québec, les ostéopathes sont agréés par l’Association des ostéopathes du Québec et le Registre des ostéopathes du Québec.

Les ostéopathes américains et québécois s’accordent à penser que le traitement du problème d’un patient doit être abordé dans son ensemble et doit examiner la façon dont l’organisme du patient fonctionne en termes de mécanismes plutôt que de simplement traiter les symptômes qu’il présente sur le moment.

Après une évaluation complète, l’ostéopathe s’emploie à mettre le corps en position de se soigner lui-même.

Selon les principes de l’ostéopathie, les antécédents médicaux et traumatiques d’un patient sont inscrits dans la structure de l’organisme. C’est grâce à son sens du toucher hautement développé que l’ostéopathe évalue l’« anatomie vivante » et détecte ainsi les problèmes physiques affectant les systèmes du patient.

L’ostéopathe applique alors une force douce mais précise sur les tissus du patient, qui favorise le mouvement des liquides organiques, élimine le dysfonctionnement dans le mouvement des tissus et libère les os ou les articulations comprimés.

Les ostéopathes sont formés pour utiliser principalement leurs mains pour soigner les patients. Ils utilisent diverses techniques mais ont toujours recours à leurs mains. Ceci permet à l’ostéopathe de surveiller l’état des tissus du patient et d’affiner le traitement selon les besoins exacts du patient à ce moment précis.

 

LES QUATRE PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L’OSTÉOPATHIE

 

Pendant le traitement, l’ostéopathe doit tenir compte des principes suivants :

  • La structure et la fonction sont réciproquement interdépendantes.
  • Le corps est une unité biologique.
  • Toutes les cellules du corps ont besoin d’un apport sanguin pour survivre et lorsque cet apport en sang est perturbé en raison d’un dysfonctionnement autour d’un vaisseau sanguin, le tissu peut être affecté.
  • Le corps a une capacité inhérente à se guérir si l’environnement est propice; c’est pourquoi, l’ostéopathe s’emploie à rétablir l’homéostasie du corps (son équilibre).

 

Voici une liste de certaines des maladies traitées par ostéopathie :

  • Problèmes pédiatriques : coliques, problèmes de succion, régurgitation
  • Douleur somatique : douleur au cou/dos/nerf sciatique, maux de tête, douleur articulaire, blessure traumatique, syndrome de la surutilisation
  • Problèmes respiratoires : problèmes chroniques après bronchites, sinusites, pleurésie
  • Grossesse : douleur au dos, douleur dans l’aine, troubles digestifs, œdème
  • Problèmes systémiques : problèmes digestifs, syndromes neurologiques, traumatisme à la tête, syndrome post-commotionnel, problèmes urogénitaux

PHYSIOTHÉRAPIE

QU’EST-CE QUE LA PHYSIOTHÉRAPIE?

Vitality Multitherapy Clinic PhysiotherapyQu’il s’agisse du traitement de la douleur ou d’une réadaptation à la suite d’une blessure telle qu’une entorse de la cheville ou de la prise en charge d’une maladie chronique comme le diabète ou un trouble cardiaque, un physiothérapeute peut vous aider.

Un physiothérapeute traite également les troubles du système vestibulaire, les suites d’accidents vasculaires cérébraux ainsi que les maladies neurologiques et les problèmes respiratoires, pour ne citer que ceux-là. La physiothérapie ne se limite pas à la réadaptation après une blessure ou au traitement des effets d’une maladie ou d’un handicap physique.

Un physiothérapeute offre également de l’information éducative et des conseils favorisant la bonne santé et la prévention des maladies et blessures. L’information fournie avant une opération en vue d’un bon rétablissement et de réduire les risques de douleur chronique et de handicap est un très bon exemple.

 

QU’EST-CE QUE LA PHYSIOTHÉRAPIE?

Les physiothérapeutes sont titulaires d’une maîtrise décernée par une université accréditée en physiothérapie et doivent être membres de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ).

 

DANS QUEL CADRE UN PHYSIOTHÉRAPEUTE EXERCE-T-IL?

Les physiothérapeutes exercent leur profession dans des environnements divers où ils offrent à leurs client et(ou) à la population des soins de santé ainsi que des services de gestion, d’éducation, de recherche et de consultation.  Il est possible d’avoir recours à la physiothérapie dans la communauté en clinique privée ou sous forme de soins à domicile. Les services de physiothérapie sont souvent affiliés à des foyers pour personnes âgées et à des centres de développement de l’enfance.  Si vous êtes hospitalisé pour une chirurgie, comme le remplacement d’une articulation ou une chirurgie cardiaque, il y a de grandes chances qu’un physiothérapeute ait fait partie de votre équipe de soins.

 

COMMENT LES PHYSIOTHÉRAPEUTES FONT-ILS LEUR ÉVALUATION?

Un physiothérapeute procède à l’évaluation du patient en prenant en note le détail de ses antécédents et en effectuant des tests physiques et des mesures comme la flexibilité ou l’amplitude des mouvements. Il analyse ensuite les résultats de l’évaluation et a recours à un raisonnement clinique pour poser un diagnostic. Ensemble, le patient et le physiothérapeute explorent les capacités et les besoins fonctionnels actuels pour permettre au physiothérapeute d’établir un plan de traitements qui correspondent aux objectifs et à l’état de santé général du patient et qui font appels aux méthodes et techniques s’appuyant sur les meilleures données probantes disponibles.

 

QUELS SONT LES TRAITEMENTS UTILISÉS PAR LES PHYSIOTHÉRAPEUTES?

Parmi les traitements de physiothérapie, notons :

• Programmes d’exercices personnalisés conçus pour augmenter la force, l’amplitude de mouvement et la fonction
• Massage
• Mobilisation et manipulation articulaire pour réduire la douleur et la rigidité
• Enveloppements chauds et froids et mesures visant le soulagement de la douleur, la réduction de l’enflure, l’accélération du processus de guérison, l’amélioration des mouvements et de la fonction
• Méthodes de dégagement des voies aériennes pour le soulagement des personnes présentant des difficultés respiratoires
• Soins de la peau et des plaies
• Prise en charge des problèmes d’incontinence, notamment rééducation du périnée
• Évaluation de l’activité fonctionnelle et de la tolérance, et entraînement
• Rééducation en vue de l’exercice de la profession et la planification du retour au travail
• Prescription, fabrication et mise en place de dispositifs et matériel fonctionnel, de matériel adapté, de dispositifs de soutien et de dispositifs de protection
• Modification de l’environnement, axé sur l’élimination des obstacles à la fonction

 

PAIEMENT ET RECOMMANDATION

Pour de nombreux Canadiens, les prestataires d’assurance-maladie couvrent tous les coûts ou une partie des coûts associés aux soins de physiothérapie. Certains régimes d’assurance maladie complémentaires pourraient exiger que les soins soient prescrits par un médecin pour en obtenir le remboursement, mais ce n’est pas toujours le cas.

Au Québec, nous bénéficions de l’accès direct, donc vous n’avez pas besoin de la recommandation d’un médecin pour consulter un physiothérapeute. Appelez votre prestataire d’assurance maladie pour confirmer votre couverture avant de consulter et pour savoir s’il vous est nécessaire d’obtenir la recommandation d’un médecin pour être remboursé.

Les honoraires d’un physiothérapeute varient d’une province à une autre et ils sont fonction des conditions de pratique.

Les services de physiothérapie prodigués en milieu hospitalier pourraient être pris en charge en partie ou intégralement par votre régime d’assurance-maladie provincial. Les services de physiothérapie prodigués